Derniers Articles

J'ai testé pour vous les Mooc de Pôle emploi 

Pôle emploi a lancé quatre Mooc, des formations en ligne gratuites et ouvertes à tous.

Pôle emploi a lancé quatre Mooc, des formations en ligne gratuites et ouvertes à tous.

Gratuits, sans contrainte horaire, sans contrôle et interactifs: Pôle emploi a lancé en avril ses premiers Mooc, ces cours en ligne ouverts à tous. Nous les avons testés pour vous. Verdict: pas mal du tout!

“Construire son projet professionnel”, “organiser sa recherche d’emploi”, “réussir son CV et sa lettre de candidature“, “réussir l’entretien d’embauche et relancer l’employeur”… Depuis avril, Pôle emploi propose quatre “Mooc pour l’emploi” – de l’anglais Massive Open Online Courses – des formations en ligne gratuites, accessibles à tous 24 heures sur 24. A la date du 20 mai, 14 000 personnes s’étaient déjà inscrites sur la plate-forme, dont 7060 pour le seul Mooc “construire son projet professionnel”. Fort de ce succès, ce cours qui devait se terminer mi-mai a été prolongé jusqu’au 15 juin à 20h. De nouvelles sessions seront organisées début juillet. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre d’y participer.

Un pseudo et des cours en vidéo

Me voilà inscrite avec le nom d’une héroïne de jeux vidéos. De quoi participer incognito. La page d’accueil est austère, mais claire. Elle présente quatre onglets: contenu du cours, infos, discussions, progression. Le plan du cours s’affiche dans une colonne déroulante sur la gauche: on peut avancer ou revenir en arrière. La navigation est assez facile, même quand on n’est pas familiarisé avec ce genre d’outils. Le Mooc s’organise sur quatre séquences: identifier ses compétences; identifier ses intérêts professionnels; évaluer la faisabilité de mon projet; définir sa stratégie professionnelle et son plan d’action. L’animateur est Fabien Beltrame, responsable du département orientation professionnelle et formation à Pôle emploi. Ses interventions prennent la forme de vidéos de quelques minutes, un peu répétitives, mais très didactiques. Il présente le cours, les notions à connaître, la marche à suivre. Je perds le fil dès la première vidéo, qui décrit très en détail le plan du Mooc…

Mon objectif: identifier un ou plusieurs métiers, qui tiennent compte de mes compétences, de mes intérêts, ainsi que du marché du travail. Classique, chaque séquence est composée d’un cours filmé, d’un quiz pour vérifier l’assimilation des connaissances ou d’un exercice pratique. Qu’on se le dise: suivre un Mooc est un investissement en temps estimé à deux à trois heures par semaine! Apprêtez-vous à rédiger, remplir des tableaux Excel et faire des recherches sur internet. Après une coupure de dix jours entre deux séquences, j’ai eu du mal à retrouver l’endroit où j’avais laissé le cours, dans cette trame assez complexe.

5105 CV pour 26 offres!

Au fil des séquences, je tente de cerner mes compétences et de formuler mes intérêts professionnels. J’analyse le milieu professionnel que je vise et les possibilités de réalisation de mon projet. Enfin, je mets en place une stratégie pour agir. Je fais des listes, des tableaux, des feuilles de route. Ces travaux pratiques sont réalisés en autonomie, à partir de documents téléchargeables. Exemple: je pars d’une expérience professionnelle que j’ai particulièrement appréciée. Je liste les tâches que je réalisais, puis pour chacune, j’évalue mon intérêt et ma maîtrise sur une échelle de 1 à 4. Enfin, je reformule pour présenter ces activités comme des “compétences”. Efficace! Les exercices ne sont ni notés, ni mis en ligne, ni visibles par les autres. La rubrique “progression” contient un tableau de bord, qui indique les cours vus, les exercices faits, ainsi que mes résultats personnels (excellents, cela va sans dire!).

Fabien, l’animateur, conseille d’utiliser la page “d’information sur le marché du travail” du site de Pôle emploi, afin de mieux évaluer si le marché de l’emploi est favorable ou non aux métiers qui m’intéressent. Les résultats sont édifiants: au moment de ma recherche, il y avait 5105 CV de journalistes (mon métier, donc) en Ile-de-France, pour… 26 offres! Mieux vaut chercher du côté des emplois de community manager: 85 offres pour “seulement” 1123 CV en ligne…

“Quel est votre profil professionnel?”

Heureusement, pour remonter le moral et pour mieux se connaître, plusieurs tests sont proposés en bonus. Assez succincts mais ludiques et instructifs. En faisant le test “quel est votre profil professionnel?”, j’apprends que le mien est investigateur à 58%, artistique à 25% et conventionnel à 16%. Deux autres tests destinés à connaître l’appétence et les qualités pour l’entrepreneuriat, conçus par les Chambres de commerce et d’industrie, me révèlent que, si je dispose d’esprit d’initiative, d’autorité, et d’aisance dans la prise de décision, j’ai du mal à sortir de ma zone de confort… Pas faux.

Certaines notions abordées ne sont pas simples à comprendre: la faisabilité du projet, les niveaux de qualification, la validation des acquis de l’expérience, etc. La rubrique “discussion” mène au forum, où je peux publier mes questions et mes commentaires, et discuter avec les autres participants. On s’entraide. B. s’interroge sur la place à donner à son expérience de bénévole au sein d’une association. Un participant lui conseille de les présenter comme ses compétences professionnelles.

Solliciter les experts

Les membres de l’équipe pédagogique, qu’on peut solliciter, interviennent souvent. Leur réponse n’est pas toujours immédiate, mais tombe en général dans les 12 heures. G. veut savoir quelle forme donner à un document présentant son projet professionnel. L’équipe pédagogique intervient immédiatement pour suggérer des pistes, avant de revenir, une semaine plus tard, avec un nouveau modèle de document à télécharger. Bien sûr, les questions et commentaires postés sur le forum sont parfois hors-sujet: “Faut-il privilégier la remise en main propre d’un CV?” par exemple … Mais ils reflètent l’immense variété du public inscrit, pas encore familiarisé à l’univers du Mooc.

Le grand avantage du Mooc, c’est sa souplesse: on peut ne pas aller jusqu’au bout sans être pénalisé. Il sera toujours possible de se réinscrire lors de nouvelles sessions ou d’en suivre d’autres. Les quiz et exercices ne se font pas sous le regard des autres participants. Parfait pour les timides et les discrets. Les outils destinés à guider la réflexion, comme les cours en vidéo, sont téléchargeables, et peuvent être conservés. Quant aux tests “bonus”, ils sont motivants, et donnent envie d’en apprendre plus sur soi-même. Je quitte donc le Mooc avec une méthode rodée, des outils bien conçus et utiles à l’avenir. Et surtout, un Mooc pour l’emploi permet de consacrer quelques heures à un sujet passionnant: soi-même!

http://www.lexpress.fr/emploi/formation/j-ai-teste-pour-vous-les-mooc-de-pole-emploi_1683490.html

Pôle emploi: Le Conseil d'administration approuve la généralisation des équipes de contrôle

La mesure va faire grincer des dents. Le conseil d’administration de Pôle emploi a validé ce mercredi  la généralisation à partir d’août des contrôles de recherche d’emploi pour les chômeurs, expérimentées dans trois régions en 2013-2014.

Selon le «calendrier prévisionnel», la généralisation s’étalera d’août à octobre et un «séminaire de lancement» se tiendra en septembre. Pôle emploi «propose» d’affecter  ainsi «200» postes équivalent temps plein (ETP) à ses futures équipes de contrôle, répartis par région selon le nombre de demandeurs d’emploi: de 2 ETP dans le Limousin, en Corse ou en Guadeloupe, à 33 ETP en Ile-de-France. Ce dispositif «n’est et ne sera assorti d’aucun objectif en termes de nombre de contrôles et/ou nombre de radiations», précise Pôle emploi dans une note.

Des radiations possibles à l’issue du contrôle

«Tous les demandeurs d’emploi sont susceptibles d’être contrôlés», de manière «ciblée», «aléatoire» ou suite à un signalement. Le chômeur concerné doit être «informé» du contrôle. «Le contrôle débute par l’examen du dossier du demandeur d’emploi». Si l’équipe de contrôle soupçonne une «insuffisance de recherche d’emploi», elle interroge le demandeur par «questionnaire», puis par «téléphone», et enfin en face-à-face «si le doute persiste». «Le cas échéant, la procédure de radiation (…) est engagée», après un «processus de redynamisation» du demandeur d’emploi par son «conseiller référent».

Le chômeur radié peut introduire un «recours» auprès du directeur d’agence, puis devant le tribunal administratif et/ou le médiateur de Pôle emploi.

Le projet prévoit aussi des mesures de sécurité particulières pour les agents de contrôle, qui seront «sensibilisés» à la «prévention des situations d’agression». Pôle emploi «préconise» qu’ils «ne gèrent pas les demandeurs d’emploi de la commune où ils vivent, ni de la zone de compétence de l’agence d’où ils viennent s’ils étaient conseillers en agence».

Pôle emploi veut «redynamiser» les demandeurs d’emploi

Des équipes de contrôle ont été testées entre juin 2013 et mars 2014 dans trois régions: Provence-Alpes-Côte d’Azur, Franche-Comté et Poitou-Charentes. «L’expérimentation a été bien accueillie par les conseillers», selon l’opérateur, qui se base sur une «enquête réalisée auprès de 138 conseillers»: «93% des répondants l’ont jugée utile pour Pôle emploi et 79% pour le demandeur d’emploi».

Le dispositif doit permettre de «redynamiser» les demandeurs d’emploi et d’identifier ceux qui ont «besoin d’un accompagnement plus soutenu». Il doit aussi permettre aux conseillers en charge de l’accompagnement de se recentrer sur leur mission et «d’être plus à l’aise dans leur relation de confiance avec les demandeurs». Aujourd’hui, les mêmes conseillers s’occupent de l’accompagnement et du contrôle.

Les demandeurs d’emploi sont tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sous peine d’être radié 15 jours des listes de Pôle emploi, et même jusqu’à six mois en cas de récidive. Mais dans les faits, cette réglementation est peu appliquée: 13.409 personnes ont été radiées en 2013 pour «insuffisance de recherche d’emploi», soit 2,5% des radiations totales.

Source : Pôle emploi: Le Conseil d’administration approuve la généralisation des équipes de contrôle – 20minutes.fr

Pôle Emploi va renforcer le contrôle des chômeurs à partir d'août.

Le dispositif testé notamment en Poitou-Charentes va être généralisé à tout le pays. Des équipes de contrôle vérifieront si les recherches d’emploi des chômeurs sont “suffisantes”

Pôle Emploi va renforcer le contrôle des chômeurs à partir d'août
13 409 personnes ont été radiées en 2013 pour “insuffisance de recherche d’emploi”, soit 2,5% des radiations totales©

BONNAUD GUILLAUME
Le test mené dans trois régions va s’étendre à toute la France. Pôle emploi prévoit de généraliser à partir d’août ses équipes de contrôle de la recherche d’emploi des chômeurs.Dans un document transmis aux syndicats, l’organisme “propose” d’affecter“200” postes équivalent temps plein (ETP) à ses futures équipes de contrôle, répartis par région selon le nombre de demandeurs d’emploi.

Pas d’objectifs de radiations

Le document détaille les modalités du dispositif, qui “n’est et ne sera assorti d’aucun objectif en termes de nombre de contrôles et/ou nombre de radiations”.

“Tous les demandeurs d’emploi sont susceptibles d’être contrôlés”, de manière “ciblée”, “aléatoire” ou suite à un signalement. Le chômeur concerné doit être “informé” du contrôle. “Le contrôle débute par l’examen du dossier du demandeur d’emploi”. Si l’équipe de contrôle soupçonne une “insuffisance de recherche d’emploi”, elle interroge le demandeur par “questionnaire”, puis par “téléphone”, et enfin en face-à-face “si le doute persiste”. “Le cas échéant, la procédure de radiation est engagée”, après un “processus de redynamisation” du demandeur d’emploi par son “conseiller référent”.

Le chômeur radié peut introduire un “recours” auprès du directeur d’agence, puis devant le tribunal administratif et/ou le médiateur de Pôle emploi.

Dans les régions-test, le dispositif a été “bien accueilli”… par les conseillers

Le projet prévoit aussi des mesures de sécurité particulières pour les agents de contrôle, qui seront “sensibilisés” à la “prévention des situations d’agression”. Pôle emploi “préconise” qu’ils “ne gèrent pas les demandeurs d’emploi de la commune où ils vivent, ni de la zone de compétence de l’agence d’où ils viennent s’ils étaient conseillers en agence”.

Le dispositif a été testé entre juin 2013 et mars 2014 dans trois régions dont Poitou-Charentes. L’expérimentation a été bien accueillie par les conseillers”, selon l’opérateur, qui se base sur une “enquête réalisée auprès de 138 conseillers” : “93% des répondants l’ont jugée utile pour Pôle emploi et 79% pour le demandeur d’emploi“.

Le dispositif doit permettre de “redynamiser” les demandeurs d’emploi et d’identifier ceux qui ont “besoin d’un accompagnement plus soutenu”. Il doit aussi permettre aux conseillers en charge de l’accompagnement de se recentrer sur leur mission. Aujourd’hui, les mêmes personnes s’occupent de l’accompagnement et du contrôle.

 

Source : Pôle Emploi va renforcer le contrôle des chômeurs à partir d’août – SudOuest.fr

Actu Flash CCE du 29 Avril

Points spécifiques de ce CCE :

  • Etat des lieux du plan Qualité de Vie au Travail (QVT) du 29 octobre 2013 et présentation de la feuille de route QVT 2015
  • Projet réseau social interne collaboratif                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           .

Télécharger (PDF, 213KB)

Salaires: urgence pour la fonction publique

« Il est urgent de mettre un terme au gel de la valeur du point d’indice, d’ouvrir des négociations salariales dans la fonction publique et d’envisager une mesure compensatoire de rattrapage des pertes subies depuis des années », réclament les leaders syndicaux Jean-Marc Canon (UGFF CGT), Bruno Collignon (FA-FP), Bernadette Groison (FSU), Christian Grolier (UIAFP-FO) etDenis Turbet-Delof (Union Syndicale Solidaires).


La question du pouvoir d’achat reste, avec l’emploi, une préoccupation majeure pour l’ensemble des salariés. Or, le choix – au demeurant contestable – de tenter de relancer l’économie par l’offre et non pas par la demande conduit à faire pression sur les salaires.

Si le secteur privé et le secteur public ont des caractéristiques communes, comme celle d’une situation plus favorable pour les diplômés que pour les non diplômés et des inégalités salariales entre les femmes et les hommes qui persistent, il existe un fait spécifique incontestable : le gel du point d’indice de la fonction publique. Depuis 2010, il n’y a plus d’évolution salariale pour plus de 5 millions de salariés. Et la revalorisation a minima des catégories C, certes indispensable, ne saurait constituer la réponse à ce problème. L’Insee et le rapport annuel de l’État ont confirmé cette diminution du salaire dans la fonction publique. Et ajoutée à cette situation, l’augmentation des prélèvements, en particulier des cotisations retraite, a produit en quinze années un recul des traitements de 2 mois par an. Sans compenser cette baisse, le développement des primes a accru les inégalités.

Cette situation salariale ne peut plus durer.

Injuste et pénalisante pour tous les agents de la fonction publique, elle est aussi préjudiciable à l’économie française. Si nous continuons ainsi, dans peu d’années les cadres de la fonction publique verront leur salaire de recrutement quasiment au niveau du smic… Et l’OCDE révèle, par exemple, que la France est un des rares pays où le salaire des enseignants a reculé de 13 % depuis 2000 alors qu’il a augmenté dans les autres pays. Par ailleurs, la réalité de la fonction publique, c’est aussi 20 % des agents au niveau du smic, dont près de 80 % travaillent dans la fonction publique territoriale, 20 % des agents qui ne sont pas titulaires et donc en situation de précarité, souvent avec des temps incomplets imposés concernant d’ailleurs davantage les femmes, et des inégalités de traitement de l’ordre de 15 à 20 % entre les femmes et les hommes.

Pour reconnaître le travail de tous les agents, leur qualification, éviter les effets de déclassement, donner un pouvoir d’achat permettant de vivre normalement, il est urgent de mettre un terme au gel de la valeur du point d’indice, d’ouvrir des négociations salariales dans la fonction publique et d’envisager une mesure compensatoire de rattrapage des pertes subies depuis des années. Maintenir le pouvoir d’achat de la valeur du point sur l’année 2014 aurait coûté moins de 150 millions d’euros, l’augmenter de 1% moins de 1,5 milliard, c’est tout à fait possible économiquement et cela le saurait d’autant plus si le gouvernement décidait de mettre en œuvre une réelle réforme fiscale. C’est aussi une nécessité pour rendre la fonction publique plus attractive.

Notre pays a besoin d’une relance nouvelle, appuyée sur les salaires et sur une fiscalité plus juste et plus redistributive, qui réponde aux besoins de la population, aux enjeux de notre siècle y compris en termes de transition écologique et qui permette le progrès social pour toutes et tous.
Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT
Bruno Collignon, président de la Fédération autonome de la fonction publique
Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU
Christian Grolier, secrétaire général de l’Union interfédérale des agents de la fonction publique FO
Denis Turbet-Delof, délégué général de l’Union Syndicale Solidaires

Source : Salaires: urgence pour la fonction publique

Les intermittents déménagent les locaux de Pôle emploi

Manifestation. Les intermittents déménagent les locaux de Pôle emploi

Suite au report du procès intenté par dix intermittents du spectacle à Pôle emploi, la Kic a mis sur le trottoir une partie du mobilier de l’agence régional de Caen.

Ce jeudi 7 mai 2015, le tribunal de grande instance de Caen a reporté, pour la seconde fois, le référé intenté par dix intermittents contre Pôle emploi. Une nouvelle audience aura lieu le 4 juin. En réaction, la Koordination des intermittents du Calvados (Kic) a déménagé les locaux de l’agence régionale située 1, rue de Normandie-Niemen, à Caen.

Pour rappel, Pôle emploi réclame 160 000 € à dix intermittents pour trop perçu. L’agence considère que certains contrats de travail n’entrent pas dans le cadre des activités ouvrant droit aux annexes de l’intermittence. Les sommes demandées vont de 8 000 € à 25 000 € par personne. Pour récupérer cet argent, Pôle emploi opère des retenues sur les allocations. C’est le procédé que les dix intermittents mettent en cause devant la justice.

Une quarantaine de chaises, des tableaux, des ventilateurs et des tables ont ainsi été transportés sur le trottoir devant l’entrée de l’agence. Michel Swieton, directeur régional de Pôle emploi Basse-Normandie ; Stéphane Bailly, directeur adjoint, et Yvon Lamache, directeur de la stratégie, sont venus à la rencontre des manifestants.

La Kic demande l’arrêt des retenus sur les allocations des dix intermittents et la présence d’un technicien spécifique pour les intermittents dans les agences Pôle emploi.

“Nous vous proposons de rétablir les réunions mensuelles pour écouter vos problèmes. Mais nous appliquons la loi et les conventions”, déclare Michel Swieton.

Les deux parties se sont quittées après une heure de discussion.

Une pétition est en ligne pour soutenir les dix intermittents.

http://www.ouest-france.fr/les-intermittents-demenage-les-locaux-de-pole-emploi-3384718

STATUT 2003 : la DG passe enfin à table et dévoile ses premières propositions d’évolution des droits des agent-es de statut public.

PLUS QUE JAMAIS, L’UNITE SYNDICALE DOIT ENFIN ETRE AU RENDEZ VOUS

  • rythmes et les volumes de promotions des agent-es de statut 2003
  • mobilités géographiques et/ou professionnelles des agent-es sous statut 2003
  • évolutions de rémunération des agent-es de statut 2003
  • instances de représentation des personnels sous statut 2003

Retrouvez les propositions de la DG et les analyses du SNU

Télécharger (PDF, 204KB)

Trappes : nouvelle rixe entre quartiers dans les locaux de Pôle emploi

Trappes. U Ne rixe a éclaté dans les locaux de Pôle emploi entre jeunes des squares Albert-Camus et Léo-Lagrange.
Trappes. Une rixe a éclaté dans les locaux de Pôle emploi entre jeunes des squares Albert-Camus et Léo-Lagrange. (DR.)

 

Cinq jours après le meurtre Moussa, ce jeune de 14 ans tué lors d’unefusillade, la tension est toujours vive à Trappes. Trois jeunes hommes, originaires du square Albert-Camus, âgés de 19 à 25 ans, ont été interpellés ce mardi au Pôle emploi après avoir menacé un autre jeune du square Léo-Lagrange avec un couteau.

Depuis des semaines, des bandes rivales de ces deux quartiers se livrent une guerre sans merci.

Il est 15 h 35, avenue des Bouleaux lorsque le trio entre dans les bureaux de Pôle emploi. Les trois hommes reconnaissent un jeune qui habite le square Léo-Lagrange. Ils échangent des mots désagréables, une bagarre éclate entre les quatre hommes, le vigile est bousculé alors que les employés préviennent la police. L’un des garçons du square Albert-Camus brandit un couteau. Les fonctionnaires arrêtent les trois jeunes et les placent en garde à vue dans les locaux du commissariat.

Les trois suspects sont passés aux aveux. Ils reconnaissent avoir sorti cette arme. Mais ils soutiennent avoir menacé ce jeune avec cette arme blanche sans avoir vraiment l’intention de lui faire mal. Ils accusent la victime de les avoir provoqués. De son côté, la victime, qui n’a pas été blessée, soutient qu’elle n’a rien dit avant d’être reconnue et menacée d’être agressée par le trio armé.

Le parquet a prolongé la garde à vue de vingt-quatre heures. Le trio devrait comparaître rapidement devant le tribunal correctionnel.

Source : Trappes : nouvelle rixe entre quartiers dans les locaux de Pôle emploi

Actu Flash CCE du 21 Avril

Point unique : Trajectoire d’Evolution du Système d’Information de Pôle emploi à horizon 2019                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   .

Télécharger (PDF, 146KB)