Derniers Articles

Les intermittents déménagent les locaux de Pôle emploi

Manifestation. Les intermittents déménagent les locaux de Pôle emploi

Suite au report du procès intenté par dix intermittents du spectacle à Pôle emploi, la Kic a mis sur le trottoir une partie du mobilier de l’agence régional de Caen.

Ce jeudi 7 mai 2015, le tribunal de grande instance de Caen a reporté, pour la seconde fois, le référé intenté par dix intermittents contre Pôle emploi. Une nouvelle audience aura lieu le 4 juin. En réaction, la Koordination des intermittents du Calvados (Kic) a déménagé les locaux de l’agence régionale située 1, rue de Normandie-Niemen, à Caen.

Pour rappel, Pôle emploi réclame 160 000 € à dix intermittents pour trop perçu. L’agence considère que certains contrats de travail n’entrent pas dans le cadre des activités ouvrant droit aux annexes de l’intermittence. Les sommes demandées vont de 8 000 € à 25 000 € par personne. Pour récupérer cet argent, Pôle emploi opère des retenues sur les allocations. C’est le procédé que les dix intermittents mettent en cause devant la justice.

Une quarantaine de chaises, des tableaux, des ventilateurs et des tables ont ainsi été transportés sur le trottoir devant l’entrée de l’agence. Michel Swieton, directeur régional de Pôle emploi Basse-Normandie ; Stéphane Bailly, directeur adjoint, et Yvon Lamache, directeur de la stratégie, sont venus à la rencontre des manifestants.

La Kic demande l’arrêt des retenus sur les allocations des dix intermittents et la présence d’un technicien spécifique pour les intermittents dans les agences Pôle emploi.

“Nous vous proposons de rétablir les réunions mensuelles pour écouter vos problèmes. Mais nous appliquons la loi et les conventions”, déclare Michel Swieton.

Les deux parties se sont quittées après une heure de discussion.

Une pétition est en ligne pour soutenir les dix intermittents.

http://www.ouest-france.fr/les-intermittents-demenage-les-locaux-de-pole-emploi-3384718

STATUT 2003 : la DG passe enfin à table et dévoile ses premières propositions d’évolution des droits des agent-es de statut public.

PLUS QUE JAMAIS, L’UNITE SYNDICALE DOIT ENFIN ETRE AU RENDEZ VOUS

  • rythmes et les volumes de promotions des agent-es de statut 2003
  • mobilités géographiques et/ou professionnelles des agent-es sous statut 2003
  • évolutions de rémunération des agent-es de statut 2003
  • instances de représentation des personnels sous statut 2003

Retrouvez les propositions de la DG et les analyses du SNU

Télécharger (PDF, 204KB)

Trappes : nouvelle rixe entre quartiers dans les locaux de Pôle emploi

Trappes. U Ne rixe a éclaté dans les locaux de Pôle emploi entre jeunes des squares Albert-Camus et Léo-Lagrange.
Trappes. Une rixe a éclaté dans les locaux de Pôle emploi entre jeunes des squares Albert-Camus et Léo-Lagrange. (DR.)

 

Cinq jours après le meurtre Moussa, ce jeune de 14 ans tué lors d’unefusillade, la tension est toujours vive à Trappes. Trois jeunes hommes, originaires du square Albert-Camus, âgés de 19 à 25 ans, ont été interpellés ce mardi au Pôle emploi après avoir menacé un autre jeune du square Léo-Lagrange avec un couteau.

Depuis des semaines, des bandes rivales de ces deux quartiers se livrent une guerre sans merci.

Il est 15 h 35, avenue des Bouleaux lorsque le trio entre dans les bureaux de Pôle emploi. Les trois hommes reconnaissent un jeune qui habite le square Léo-Lagrange. Ils échangent des mots désagréables, une bagarre éclate entre les quatre hommes, le vigile est bousculé alors que les employés préviennent la police. L’un des garçons du square Albert-Camus brandit un couteau. Les fonctionnaires arrêtent les trois jeunes et les placent en garde à vue dans les locaux du commissariat.

Les trois suspects sont passés aux aveux. Ils reconnaissent avoir sorti cette arme. Mais ils soutiennent avoir menacé ce jeune avec cette arme blanche sans avoir vraiment l’intention de lui faire mal. Ils accusent la victime de les avoir provoqués. De son côté, la victime, qui n’a pas été blessée, soutient qu’elle n’a rien dit avant d’être reconnue et menacée d’être agressée par le trio armé.

Le parquet a prolongé la garde à vue de vingt-quatre heures. Le trio devrait comparaître rapidement devant le tribunal correctionnel.

Source : Trappes : nouvelle rixe entre quartiers dans les locaux de Pôle emploi

Actu Flash CCE du 21 Avril

Point unique : Trajectoire d’Evolution du Système d’Information de Pôle emploi à horizon 2019                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   .

Télécharger (PDF, 146KB)

Les Echos du CHSCT n°1

Au Sommaire:

– Agressions, « Mal être au travail », « Ma ligne d’écoute », Risques Psycho Sociaux, Agents Publics de Côte d’Or .                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               .

Télécharger (PDF, 660KB)

1er Mai: les rassemblements en Bourgogne

COTE D’OR:

Dijon,Place WILSON à 10H

NIEVRE:

Nevers,Bourse du Travail à 10H

Cosne, Poste à 10H

Decize, Place Saint-Just à 10H

Clamecy, Ancienne Poste à 10H

SAONE ET LOIRE

Chalon, Place de Beaune à 10H

Macon, Esplanade Lamartine à 10H

Autun, Hexagone à 10H

Montceau, Maison des syndicats à 10H

Gueugnon, Chateau d’Aux à 10H

Louhans, Place de la Charité à 10H

Tounus, Hôtel de Ville à 9H

YONNE:

Auxerre, départ place de l’Arquebuse à 10H

Sens, départ rue Etienne Dolet à 10H.

Télécharger (PDF, 190KB)

Chômage : faites-vous confiance à Pôle emploi pour trouver du travail ?

Mesures en faveur des entreprises, contrats aidés… Le gouvernement développe son arsenal de lutte contre le chômage, sans résultats. Au mois de mars, un nouveau record a été battu avec 3,5 millions de demandeurs d’emploi de catégorie A.

Pourtant, une étude de Pôle emploi estime que 1,7 million d’embauches sont possibles en France. Dans le même temps, 600 000 personnes sont inscrites à Pôle emploi depuis plus de trois ans.

Créé en 2008 de la fusion entre l’ANPE et les Assedic, Pôle emploi voit régulièrement son efficacité contestée. Les entreprises comme les personnes en recherche d’emploi se tournent plus volontiers vers les agences d’intérim ou les sites de petites annonces.

Pôle emploi se défend, invoquant notamment le manque d’agents d’accompagnement, mais aussi la faiblesse du nombre d’annonces à proposer.

sondage

 

http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/chomage/chomage-faites-vous-confiance-a-pole-emploi-pour-trouver-du-travail_888915.html

 

Pôle emploi: fortes inégalités entre agents publics et privés (bilan social)

Paris, 28 avr 2015 – A Pôle emploi, les agents de statut public gagnent nettement moins et prennent beaucoup plus d’arrêts maladie de longue durée que leurs collègues de droit privé, selon le projet de bilan social 2014 de l’opérateur dont l’AFP a obtenu copie mardi.

 

Très minoritaires, les 4.999 agents de statut public de Pôle emploi sont des anciens de l’ANPE qui ont refusé de passer sous statut privé lors de la fusion avec les Assedic en 2008, malgré un fort manque-à-gagner en termes de rémunération dès le départ. Ils représentent un peu moins d’un dixième des 55.559 salariés de Pôle emploi.

Selon les données du bilan social 2014, la rémunération moyenne annuelle des agents publics est inférieure de 34% à celle des salariés privés: 23.574 euros contre 35.949 euros.

Une partie de l’écart s’explique par le fait que les premiers touchent 12 mois de salaire, alors que les seconds en touchent 14 mois et demi en comptant les primes. Mais même en un seul mois (décembre 2014), une différence d’environ 20% subsiste.

Autre écart marquant: les agents publics sont absents en moyenne 30,6 jours par an pour maladie, contre 17,1 jours pour les agents privés. Les premiers totalisent même, en proportion, cinq fois plus d’absences pour longue maladie (arrêt de plus de 240 jours).

Selon Jean-Charles Steyger, délégué syndical central SNU-FSU, cet indicateur “témoigne d’une mise à l’écart des agents publics dans les collectifs de travail” et d’une “marginalisation de leur identité, de leur statut“.

La pression psychologique est telle que certains se mettent en arrêt“, ajoute M. Steyger, dont le syndicat avait appelé les agents publics à la grève en décembre dernier pour une “revalorisation salariale” et le “respect de leurs droits“.

Autre son de cloche du côté de la CFDT. Pour Jean-Manuel Gomes, secrétaire du Comité central d’entreprise (CCE), “les agents publics ne sont pas plus malades que les agents de droit privé“. Selon lui, l’écart s’explique par une “différence de mode de calcul“.

Pour moi, les agents publics ne sont pas plus soumis au stress, ils font exactement le même travail que les agents privés, sont soumis aux mêmes conditions de travail, aux mêmes horaires… Leur problématique ne se situe pas là, mais sur la question des rémunérations“, estime M. Gomes.

A travail égal, salaire égal“, plaide-t-il.

Interrogé par l’AFP, Pôle emploi n’a pas souhaité réagir avant la présentation du document le 5 mai en CCE.

http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/pole-emploi-fortes-inegalites-entre-agents-publics-et-prives-bilan-social_1675696.html

La France franchit la barre des 3,5 millions de chômeurs

Le gouvernement espérait une baisse après la déception de février, tandis que l’Insee tablait sur une hausse continue jusqu’à mi-2015. C’est finalement le scénario pessimiste de l’institut statistique qui semble se confirmer. Le communiqué mensuel de Pôle Emploi, qui fait état de 15.400 inscrits supplémentaires en catégorie A fin mars, fait basculer la France métropolitaine au-delà de la barre des 3,5 millions de chômeurs sans aucune activité, jamais franchie auparavant.

Autre coup dur pour le gouvernement, c’est chez les jeunes que la hausse est la plus sensible au mois de mars (+1% chez les moins de 25 ans), alors que le taux de chômage avait tendance à augmenter moins vite dans cette catégorie d’âge que dans les autres depuis un an.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A s’établit à 3.509.800 en France métropolitaine fin mars, soit une augmentation de 4,9% sur un an. Le nombre d’inscrits diminue légèrement pour l’activité réduite courte (catégorie B, +4,5% sur un an) mais continue d’augmenter pour l’activité réduite longue (catégorie C, +14,8%).

Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5,29 millions en France métropolitaine, 5,59 millions si on y ajoute les départements d’outre-mer. Un chiffre en augmentation de 6,7% sur un an.

Jamais deux mois de baisse consécutifs

Après une éclaircie en janvier, le mois de février avait été marqué par une nouvelle hausse du nombre de demandeurs d’emploi, tandis que François Hollande ne cesse de réitérer sa promesse d’inverser la courbe.

“Je ne veux rien lâcher”, avait confié le président lors de sa dernière interview télévisée sur Canal+, le 19 avril dernier. “Je me battrai pendant les deux années qui me restent pour atteindre l’objectif que j’ai fixé, la baisse du chômage.”

Depuis le début de son mandat, le président n’a connu que quatre mois de baisse, et jamais deux consécutifs. Sur la période, le service public de l’emploi a vu affluer 586.600 chômeurs supplémentaires.

Mais le ministre du Travail François Rebsamen voulait relativiser ce lundi soir, en mettant en avant le chiffre trimestriel : il y a eu 9.200 demandeurs supplémentaires entre janvier et mars en métropole, c’est-à-dire la “plus faible hausse enregistrée depuis début 2011”. Signe que “les mesures adoptées commencent à porter leurs fruits”, selon lui.

“Le début d’année 2015 demeure une phase d’amélioration de la tendance, a-t-il insisté, même si elle ne suffit pas à obtenir, pour le moment, une baisse régulière du nombre de demandeurs d’emploi”.

T.V. et B.M.

http://tempsreel.nouvelobs.com/social/20150427.OBS8038/la-france-franchit-la-barre-des-3-5-millions-de-chomeurs.html

 

Pas de Services Publics…sans Agents Publics n°3

Depuis la création de Pôle Emploi, le SNU s’engage pour la défense des droits des agents ayant fait le choix de rester sous statut public. Nous vous informerons régulièrement par le biais du « Pas de Services Publics, sans agents publics » sur votre statut et vos droits.

Aujourd’hui, nous vous proposons une analyse sur les commissions paritaires, locales aussi bien que nationales.

http://snubfc.fr/Documents/Pas%20de%20services%20publics%20sans%20agents%20publics_/Pas%20de%20services%20publics%20N%C2%B03.pdf