Statut 2003

3 points c’est déjà 3 fois rien….

Et 3 fois rien, c’est définitivement pas assez !

Classification des agents publics : le seul engagement que prend la Direction envers certains se fera au détriment de tous les autres. Des propositions inacceptables pour les agents.

Le SNU Pôle Emploi  refuse de cautionner cette mascarade.

http://www.snutefifsu.fr/pole-emploi/wp-content/uploads/sites/4/2018/07/SNU_CLASSIFICATION_SP_JUILLET2018.pdf

DSC Classification Public’ du 3 juillet : le SNU quitte la séance

“Malgré vos engagements initiaux votre dernière proposition du 14 juin 2018 se révèle inacceptable et humiliante.
En maintenant cette proposition désormais rédigée, vous démontrez une fois de plus votre
mépris pour une partie de votre personnel.

Le SNU n’a eu de cesse de vous alerter sur les incohérences et incertitudes de votre dossier
sans aucune prise en compte de la spécificité du statut de ces agents.
De fait le SNU Pôle emploi FSU quitte la séance de ce jour en vous remettant le courrier
récapitulatif de ces alertes que nous avons également transmis à la DGAFP.
Par ailleurs nous nous réservons la possibilité de toute action qui nous semblera nécessaire.”

http://www.snutefifsu.fr/pole-emploi/wp-content/uploads/sites/4/2018/07/SNU_CLASSIFICATION_AGENTS_PUBLICS_DECLARATION_DSC_3JUILLET2018.pdf

 

Staut Public et classification

Agents statut 2003 : le DG ne doit pas passer en force !

Les entretiens de rattachement ….c’est pas pour cette fois !!

Pôle Emploi s’est doté, en 2013, d’un référentiel des métiers qui doit s’appliquer à l’ensemble du personnel quelque soit le statut. Celui-ci prévoit 3 filières et 107 emplois. Suite à la signature de l’accord du 19.12.2014 relatif à la classification des emplois et à la révision de certains articles de la CCN de Pôle-emploi, la Direction Générale convoque à des entretiens de rattachement et de repositionnement l’ensemble du personnel sans distinction de statut.

 

Télécharger (PDF, 333KB)

STATUT 2003 : Dialogue Social à nouveau interrompu par la Direction Générale de Pôle Emploi

Aujourd’hui, les Organisations Syndicales représentatives à Pôle-Emploi étaient convoquées pour une concertation sociale visant à faire évoluer les droits des agents de Pôle-Emploi régis par le statut 2003.

7 ans après la fusion, 4 ans après la fin du droit d’option le SNU comme a priori la Direction générale, fait des progrès statutaires une priorité même si nous nous savons que nous n’avons pas la même définition du progrès !

 

Télécharger (PDF, 349KB)

 

 

Lettre ouverte au DG concernant les personnels des Pôles Appui Gestion

Depuis la création de Pôle emploi, la Direction générale ne cesse de s’attaquer aux Pôles Appui Gestion en transférant l’ensemble du travail réalisé par les techniciens appui gestion vers les conseillers et en déplaçant ceux-ci vers les plateformes de traitement. A cela s’ajoute l’impossibilité de tout développement de carrière ! Le statut prévoit un quota de promotion de 2 % pour l’ensemble du personnel public. Or depuis 6 ans, s’il y a eu des promotions pour les autres niveaux d’emploi, aucune épreuve de sélection n’a été ouverte pour le personnel technicien appui gestion.

 

Télécharger (PDF, 178KB)

Statut 2003 : Changement de ministre, Changement de ton, Changement de méthodes ?

Madame El Khomri la nouvelle ministre du travail a reçu le SNU Pôle Emploi et se dit prête à étudier les revendications des agentes et agents restés sous statut 2003.

Suite à la grève du 9 décembre 2014, le SNU Pôle Emploi et sa fédération, la FSU, ont intensifié les démarches auprès des tutelles. Le SNU a soumis à Madame Mme El Khomri ses propositions d’évolutions professionnelles pour les personnels de droit public, propositions soumises à la direction Générale de Pôle Emploi en octobre 2014 et toujours sans réponse à ce jour, malgré nos relances constantes pour :

  • une revalorisation des carrières
  • une revalorisation des salaires
  • le respect du statut et des droits qui y sont rattachés
  • le respect de l’engagement du meilleur des deux pour toutes et tous

Pour leur part, le SNU et la FSU continuent de peser sur le projet de loi relatif à la Déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires afin que les revendications des agentes et agents contractuels de droit public de Pôle Emploi soient entendues.

Le SNU et sa fédération la FSU continuent à agir activement afin que les agentes et agents sous statut public soient respectés et défendus. 

Télécharger (PDF, 211KB)

Salaires: urgence pour la fonction publique

« Il est urgent de mettre un terme au gel de la valeur du point d’indice, d’ouvrir des négociations salariales dans la fonction publique et d’envisager une mesure compensatoire de rattrapage des pertes subies depuis des années », réclament les leaders syndicaux Jean-Marc Canon (UGFF CGT), Bruno Collignon (FA-FP), Bernadette Groison (FSU), Christian Grolier (UIAFP-FO) etDenis Turbet-Delof (Union Syndicale Solidaires).


La question du pouvoir d’achat reste, avec l’emploi, une préoccupation majeure pour l’ensemble des salariés. Or, le choix – au demeurant contestable – de tenter de relancer l’économie par l’offre et non pas par la demande conduit à faire pression sur les salaires.

Si le secteur privé et le secteur public ont des caractéristiques communes, comme celle d’une situation plus favorable pour les diplômés que pour les non diplômés et des inégalités salariales entre les femmes et les hommes qui persistent, il existe un fait spécifique incontestable : le gel du point d’indice de la fonction publique. Depuis 2010, il n’y a plus d’évolution salariale pour plus de 5 millions de salariés. Et la revalorisation a minima des catégories C, certes indispensable, ne saurait constituer la réponse à ce problème. L’Insee et le rapport annuel de l’État ont confirmé cette diminution du salaire dans la fonction publique. Et ajoutée à cette situation, l’augmentation des prélèvements, en particulier des cotisations retraite, a produit en quinze années un recul des traitements de 2 mois par an. Sans compenser cette baisse, le développement des primes a accru les inégalités.

Cette situation salariale ne peut plus durer.

Injuste et pénalisante pour tous les agents de la fonction publique, elle est aussi préjudiciable à l’économie française. Si nous continuons ainsi, dans peu d’années les cadres de la fonction publique verront leur salaire de recrutement quasiment au niveau du smic… Et l’OCDE révèle, par exemple, que la France est un des rares pays où le salaire des enseignants a reculé de 13 % depuis 2000 alors qu’il a augmenté dans les autres pays. Par ailleurs, la réalité de la fonction publique, c’est aussi 20 % des agents au niveau du smic, dont près de 80 % travaillent dans la fonction publique territoriale, 20 % des agents qui ne sont pas titulaires et donc en situation de précarité, souvent avec des temps incomplets imposés concernant d’ailleurs davantage les femmes, et des inégalités de traitement de l’ordre de 15 à 20 % entre les femmes et les hommes.

Pour reconnaître le travail de tous les agents, leur qualification, éviter les effets de déclassement, donner un pouvoir d’achat permettant de vivre normalement, il est urgent de mettre un terme au gel de la valeur du point d’indice, d’ouvrir des négociations salariales dans la fonction publique et d’envisager une mesure compensatoire de rattrapage des pertes subies depuis des années. Maintenir le pouvoir d’achat de la valeur du point sur l’année 2014 aurait coûté moins de 150 millions d’euros, l’augmenter de 1% moins de 1,5 milliard, c’est tout à fait possible économiquement et cela le saurait d’autant plus si le gouvernement décidait de mettre en œuvre une réelle réforme fiscale. C’est aussi une nécessité pour rendre la fonction publique plus attractive.

Notre pays a besoin d’une relance nouvelle, appuyée sur les salaires et sur une fiscalité plus juste et plus redistributive, qui réponde aux besoins de la population, aux enjeux de notre siècle y compris en termes de transition écologique et qui permette le progrès social pour toutes et tous.
Jean-Marc Canon, secrétaire général de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT
Bruno Collignon, président de la Fédération autonome de la fonction publique
Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU
Christian Grolier, secrétaire général de l’Union interfédérale des agents de la fonction publique FO
Denis Turbet-Delof, délégué général de l’Union Syndicale Solidaires

Source : Salaires: urgence pour la fonction publique

STATUT 2003 : la DG passe enfin à table et dévoile ses premières propositions d’évolution des droits des agent-es de statut public.

PLUS QUE JAMAIS, L’UNITE SYNDICALE DOIT ENFIN ETRE AU RENDEZ VOUS

  • rythmes et les volumes de promotions des agent-es de statut 2003
  • mobilités géographiques et/ou professionnelles des agent-es sous statut 2003
  • évolutions de rémunération des agent-es de statut 2003
  • instances de représentation des personnels sous statut 2003

Retrouvez les propositions de la DG et les analyses du SNU

Télécharger (PDF, 204KB)